Un essai ANRS remet en cause les recommandations de l’OMS sur le traitement du VIH dans les pays du Sud  Abonné

Publié le 27/02/2015
1424969670589986_IMG_148592_HR.jpg

1424969670589986_IMG_148592_HR.jpg
Crédit photo : AFP

Selon les recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), un patient atteint par le VIH dans un pays du Sud ne doit initier un traitement antirétroviral que lorsque son compte de CD4 est inférieur ou égal à 500 cellules/mm3. Par ailleurs, pour lutter contre le risque de tuberculose qui constitue la première cause de mortalité dans ces pays, l’OMS recommande l’utilisation de l’isoniazide pendant 6 mois.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte