Contribution

Ségur de la santé : n’oubliez pas le modèle des hôpitaux privés non lucratifs !

Publié le 04/06/2020

« Prenons comme modèle ce qui marche ! » Trois directeurs d’établissements privés parisiens expliquent pourquoi le modèle d’hôpitaux solidaires des Espic (Établissement de santé privé d'intérêt collectif) est « une vraie chance » pour repenser notre système hospitalier. Lors de la réflexion en cours au ministère de la Santé, ils demandent à Olivier Véran de miser sur ce type d'organisation pour relancer le secteur.

Crédit photo : Phanie

CONTRIBUTION - A tous ceux qui sont en train de réfléchir à ce que doit être l’organisation hospitalière de l’après-crise, nous souhaitons dire : vous avez sous les yeux, avec les hôpitaux privés à but non lucratif, un modèle qui a fait ses preuves, tant au niveau de la qualité des soins, des efforts de recherche que de l’efficience. C’est un modèle qui fonctionne dans de nombreux pays ; il est prédominant en Allemagne, pays dans lequel la crise du Covid-19 semble avoir été particulièrement bien gérée. Alors pourquoi continuer à s’interroger ?

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 16€/mois

(résiliable à tout moment)