Dialogue économique

Pour le traitement de tous et une négociation tarifaire adaptée  Abonné

Publié le 30/10/2014

Plusieurs associations thérapeutiques utilisant de nouveaux antiviraux, en particulier des antipolymérases spécifiques du VHC et/ou des antiprotéases de seconde génération, permettent aujourd’hui d’obtenir une RVS chez des patients jusqu’ici difficiles à traiter pour de multiples raisons (génotype peu sensible, non-éligibilité à l’interféron, comorbidité, complications…). On peut donc à l’avenir envisager la guérison d’une majorité des hépatites C chroniques actives (lire aussi page précédente).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte