Poliovirus : le Mali et la Guinée en alerte après la découverte d’un cas lié à une souche vaccinale

Publié le 08/09/2015
- Mis à jour le 12/07/2019

Un cas de poliovirus circulant de type 2 dérivé du vaccin (PVDV2) vient d’être confirmé au Mali. « Le pays est en état d’alerte après que les autorités de Bamako, la capitale et la plus grande ville du pays, ont détecté un cas dont la date de paralysie remonte au 20 juillet 2015 », précise l’OMS. Il s’agit d’un enfant de 19 mois, de nationalité guinéenne dont la paralysie est survenue en Guinée environ 7 jours avant son arrivée à Bamako. Le virus détecté est génétiquement lié à une souche vaccinale (PVDV2) confirmée en août 2014 dans le district de Siguiri, dans la région de Kankan en Guinée et qui, depuis plus de 2 ans, circule. « Le risque de propagation de ce virus est jugé élevé. »

Les souches vaccinales qui diffèrent des souches sauvages peuvent aussi être à l’origine d’épidémies. Le dernier cas de polio sauvage au Mali remonte au 11 juin 2011 à Goundam, région de Tombouctou. Le continent africain a célébré à la mi-août une année sans nouveau cas recensé de poliomyélite lié au poliovirus « sauvage ». Selon les experts de l’OMS, l’émergence et la diffusion du PVDV2 sont liées aux « faibles taux de couverture vaccinale en Guinée ». Au moins trois campagnes de vaccination de masse ciblant les enfants de moins de 5 ans vont être lancées, au Mali, dès cette semaine et dans les 14 jours en Guinée suivant les directives en vigueur. « Dès que les résultats de laboratoire ont confirmé l’apparition de ce nouveau virus, des actions immédiates ont été entreprises pour organiser le plus rapidement possible les activités de vaccination appropriées et ciblées, conformément aux récentes directives de l’Initiative mondiale pour l’éradication de la poliomyélite (IMEP) », a expliqué le Dr Lucien Manga, représentant de l’OMS au Mali.

Dr L. A.

Source : lequotidiendumedecin.fr