Infections nosocomiales

L’intérêt du cuivre reste à démontrer  Abonné

Publié le 05/10/2015

« Même si le cuivre réduit la flore microbienne par ses propriétés biocides, son intérêt en milieux de soins pour réduire le taux d’infections nosocomiales n’est pas avéré en l’état actuel des connaissances scientifiques », a conclu le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) dans un avis publié ce 25 septembre. L’instance a été saisie par la Direction générale de l’offre de soin (DGOS) en juin 2014.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte