Les infections à chlamydia et à gonocoque sont loin d’être anodines en cours de grossesse  Abonné

Publié le 06/09/2013
1378400830451710_IMG_110133_HR.jpg

1378400830451710_IMG_110133_HR.jpg
Crédit photo : BSIP

La question divisait les experts, mais il semble bien que, non, le statut hormonal de la grossesse ne protège pas des infections sexuellement transmissibles (IST) à chlamydia et à gonocoque. Une étude australienne réalisée chez 350 000 femmes ayant eu leur premier bébé entre 1999 et 2008 montre qu’une de ces IST juste avant ou pendant la grossesse est associée à un risque accru de prématurité et de mort fœtale in utero (MFIU).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte