Contribution

Dépistage et tests : par qui commence-t-on ?

Publié le 29/04/2020
Le Pr Joël Ménard parle d'expérience. Dans la tribune qui suit, l'ancien responsable de la Direction générale de la santé (DGS) revient sur le débat très vif – à deux semaines de la sortie du confinement – autour des tests et de la politique de dépistage à mettre en place. Il en souligne la complexité. Et ose néanmoins une suggestion : « Chaque Français donnerait sa contribution à UN test sérologique fourni gratuitement en remplissant un questionnaire court, qui sera anonymisé, pour suivre la France de demain au cas où ? »

Crédit photo : S.Toubon

L’utilisation de tests sérologiques, que ce soit au laboratoire de biologie public ou privé, chez soi, à la maison ou chez son médecin peut être vue sous des angles différents. Les connaissances, les habitudes, les opinions diffèrent entre méthodologistes, virologues, médecins, pharmaciens, biologistes. Les réactions subjectives diverses face aux mêmes faits sont souvent illustrées par la formule du verre à moitié plein ou du verre à moitié vide. En matière de statistiques, on peut parler de 90 chances sur 100 de n’être pas malade ou de 10 pour 100 de risques d’être malade.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 16€/mois

(résiliable à tout moment)