Immunothérapie et maladie d’Alzheimer

Une recherche florissante  Abonné

Publié le 30/06/2014

Les premiers travaux sur un modèle animal évaluant l’immunothérapie dans la maladie d’Alzheimer (MA) datent du début des années 2000. Ils ont permis de montrer les bénéfices de l’immunothérapie amyloïde active, qui n’ont pas cependant été confirmés chez l’homme. Notamment, l’essai britannique mené avec le "vaccin" AN1792 a dû être interrompu en raison de la survenue d’une méningo-encéphalite dans environ 6 % des cas. Toutefois, le suivi des patients a mis en évidence une réduction des plaques amyloïdes, sans impact sur l’évolution clinique.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte