Une revue israélienne innocente les AINS dans les fausses couches  Abonné

Publié le 04/02/2014
1391450726494555_IMG_121782_HR.jpg

1391450726494555_IMG_121782_HR.jpg

« Nous n’observons aucune association entre l’exposition aux anti-inflammatoires non stéroïdiens au cours du premier trimestre de la grossesse et le risque d’avortement prématuré » indiquent les auteurs d’un travail publié dans le « Canadian Medical Association Journal ».

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte