Vers une cotation des ultrasons focalisés en France

Une alternative non invasive pour les fibromes  Abonné

Publié le 30/06/2020
Dans le monde, plus de 50 000 femmes ont déjà été traitées par ultrasons focalisés de haute intensité (HIFU) pour un fibrome utérin. Cette technique non invasive, précise, efficace et ambulatoire devrait pouvoir se diffuser en France. Elle préserve aussi la fertilité.
L’hypothermie qui détruit les lésions est provoquée par le croisement des faisceaux

L’hypothermie qui détruit les lésions est provoquée par le croisement des faisceaux
Crédit photo : DR

Appareil commercialisé par la société HAIFU, les ultrasons si dirigent de bas en haut, la patiente étant en décubitus ventral

Appareil commercialisé par la société HAIFU, les ultrasons si dirigent de bas en haut, la patiente étant en décubitus ventral
Crédit photo : DR

Les fibromes utérins touchent 50 % des femmes caucasiennes et 80 % des afro-caribéennes. Bien que bénins, ils sont symptomatiques dans 33 % des cas. Ils représentent ainsi la première indication d’hystérectomie en France, soit 42 000 hystérectomies chaque année, avec une morbimortalité non négligeable : mortalité de 20/100 000 et morbidité de 2 000/100 000, représentée par les hémorragies, infections, blessures d’organes de voisinage, complications thromboemboliques.

Les différentes options thérapeutiques sont :

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte