L’hypooestrogénie en début de ménopause n’a pas d’effets sur la mémoire ni l’humeur  Abonné

Publié le 27/11/2013
1385484418476390_IMG_116711_HR.jpg

1385484418476390_IMG_116711_HR.jpg
Crédit photo : PHANIE

Dans quelle mesure le bouleversement hormonal en début de ménopause influence-t-il l’intellect et l’humeur ? Contrairement à une hypothèse en cours dans les processus liés au vieillissement, l’installation de l’hypoœstrogénie ne serait pas délétère pour les performances intellectuelles, d’après une étude californienne chez 643 femmes ménopausées ne prenant pas de traitement hormonal substitutif.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte