Malgré les recommandations de la HAS

Le stérilet reste encore trop peu prescrit chez les nullipares  Abonné

Publié le 10/04/2014
1397149036513691_IMG_127375_HR.jpg

1397149036513691_IMG_127375_HR.jpg
Crédit photo : BSIP

La situation contraceptive en France est un paradoxe (une offre étendue et un taux d’IVG stable). « Serait-elle une aporie, c’est-à-dire une difficulté d’ordre rationnel paraissant sans issue ? ! », s’interroge le Dr Alain Proust, gynécologue-obstétricien à la Maternité des Vallées (Antony).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte