Une prise en charge globale à améliorer

Le délai d’IVG, cheval de Troie de son accessibilité  Abonné

Par
Dr Nathalie Szapiro -
Publié le 30/06/2020
Le confinement lié au Covid-19 et les difficultés pour certaines femmes d’être prises en charge dans les temps ont fait ressurgir le débat sur l’accessibilité de l’IVG. Les demandes d’allongement des délais ne doivent pas occulter les autres difficultés.
Au-delà de 16 SA, l’acte devient plus technique

Au-delà de 16 SA, l’acte devient plus technique
Crédit photo : phanie

Les femmes ont-elles pu pratiquer sans encombre leur IVG pendant la crise Covid-19 ? La question du respect du délai légal dans ces circonstances particulières a relancé le débat sur les freins à l’accès à l’IVG en France. Plusieurs régions — Nantes, Normandie, Hauts-de-France, Provence — n’ont pas noté pas d’augmentation du nombre de procédures en mars-avril 2020, par rapport aux mêmes mois de l’année précédente.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte