Des craintes encore plus grandes en cœlioscopie  Abonné

Par
Publié le 30/06/2020

La Haute Autorité de santé envisage prochainement de réétudier les prothèses de cœlioscopie, posées par voie haute en première indication dans les prolapsus. Les gynécologues craignent que, là encore, seule l’approche technique entre en compte et qu’en l’absence d’études randomisées pour chacune d’entre elles, ces produits se retrouvent aussi restreints de façon importante en France alors que ce sont les plus utilisés dans les prolapsus génitaux. Si ces techniques venaient à être stoppées, ce serait un retour sans précédent en arrière dans l’histoire des prolapsus !

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte