RPM non compliquée

C'est sûr, il faut attendre !

Par
Dr Isabelle Hoppenot -
Publié le 24/06/2019

Jusqu'alors, face à une rupture prématurée des membranes (RPM) non compliquée, deux attitudes prévalaient : déclencher ou attendre, chacune remportant l'adhésion d’environ la moitié des gynécologues-obstétriciens.

« Désormais, le message est clair, il faut être expectatif jusqu'à 37 SA », souligne le Pr Thomas Schmitz, coordonnateur du Comité d'organisation des recommandations pour la pratique clinique du CNGOF sur la rupture prématurée des membranes (1).

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?