RPM non compliquée

C'est sûr, il faut attendre !  Abonné

Par
Dr Isabelle Hoppenot -
Publié le 24/06/2019

Jusqu'alors, face à une rupture prématurée des membranes (RPM) non compliquée, deux attitudes prévalaient : déclencher ou attendre, chacune remportant l'adhésion d’environ la moitié des gynécologues-obstétriciens.

« Désormais, le message est clair, il faut être expectatif jusqu'à 37 SA », souligne le Pr Thomas Schmitz, coordonnateur du Comité d'organisation des recommandations pour la pratique clinique du CNGOF sur la rupture prématurée des membranes (1).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte