Des avancées à petits pas

Bioéthique : des ouvertures timides sans moyen de les pratiquer  Abonné

Publié le 30/06/2020
Elle aura accouché dans la douleur. La dernière loi de bioéthique concède, sous pression de l’opinion, de timides avancées dans le champ de la fertilité, mais laisse l’organisation des soins orpheline de moyens. Ainsi les deux mesures phares, l’autorisation de l’insémination artificielle pour toutes les femmes et de l’autoconservation ovocytaire pour âge, risquent de rester lettre morte faute de ressources consacrées.
Des mesures devront être prises pour réduire les délais d’attente, mais pour l’instant rien n’est prévu

Des mesures devront être prises pour réduire les délais d’attente, mais pour l’instant rien n’est prévu
Crédit photo : phanie

Des mesures devront être prises pour réduire les délais d’attente, mais pour l’instant rien n’est prévu

Des mesures devront être prises pour réduire les délais d’attente, mais pour l’instant rien n’est prévu
Crédit photo : phanie

Dans le contexte du Covid-19, la promulgation de la loi de bioéthique annoncée pour l’été 2020 semble bien incertaine ; néanmoins elle reste d’actualité. Le projet de loi représente une avancée mais, comme souvent, le diable se cache dans les détails et les professionnels restent inquiets.

PMA : la question du sperme reste entière

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte