Des acides gras insaturés nécrosants

Pancréatite aiguë et obésité font mauvais ménage  Abonné

Publié le 07/11/2011
1320657845296587_IMG_70943_HR.jpg

1320657845296587_IMG_70943_HR.jpg

1320657838296305_IMG_70851_HR.jpg

1320657838296305_IMG_70851_HR.jpg
Crédit photo : S Toubon

DE NOTRE CORRESPONDANTE

LES INDIVIDUS obèses ont, pour des raisons inexpliquées, un pronostic plus sombre que les individus minces au cours d’affections inflammatoires aiguës non infectieuses comme les brûlures sévères, un traumatisme grave et la pancréatite aiguë. Ils ont plus de risque de développer une défaillance d’organes (insuffisance respiratoire ou rénale), leur mortalité est accrue et ils présentent des taux sanguins plus élevés de marqueurs inflammatoires.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte