Entretien

Nassim Kamar " Nos résultats amènent à considérer une extension de l’AMM "  Abonné

Publié le 20/03/2014
1395281865507251_IMG_125488_HR.jpg

1395281865507251_IMG_125488_HR.jpg
Crédit photo : DR

LE QUOTIDIEN : Comment la ribavirine est-elle devenue un candidat dans l’indication de l’hépatite E chez les patients greffés ?

C’était assez intuitif. En 2008, nous avions montré que les cas d’hépatites E chez les patients transplantés évoluaient très rapidement vers la fibrose, avec 10 % de cirrhoses chez les patients non traités. Il a donc fallu tenter des choses : dans 40 % des cas, l’hépatite disparaît d’elle-même.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte