Une inversion de la flore normale

L’étonnante adaptation du grêle à l’iléostomie

Publié le 14/09/2009
- Mis à jour le 14/09/2009

DURANT LES PREMIÈRES greffes d’intestin grêle (GIG), on décontaminait le grêle du donneur pour le débarrasser de sa flore. Aujourd’hui on préfère greffer le grêle du donneur tel quel, avec son microbiote, en raison de plusieurs avantages. Après la réalisation de la greffe on crée une iléostomie. Celle-ci a pour objectif de donner accès au site de la transplantation et de dépister éventuellement des signes de rejet. Mais elle offre aussi une occasion unique d’examiner la flore intestinale et son évolution dans le temps.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?