Face à un régime contraignant

Gluten en tête

Par Christine Fallet
Publié le 03/10/2019
- Mis à jour le 03/10/2019
Pour vivre mieux la maladie cœliaque, il paraît important de mieux gérer ses frustrations, les pensées anxiogènes et d'apprendre à s'affirmer.
Le sentiment d’être incompris par l'entourage

Le sentiment d’être incompris par l'entourage
Crédit photo : Phanie

Le bien-être psychologique est altéré par la maladie cœliaque et celui-ci joue un rôle essentiel dans l’observance au régime d’éviction stricte du gluten.

Plusieurs facteurs peuvent expliquer les répercussions psychologiques de la maladie cœliaque. Tout d’abord, le fait que le diagnostic n’est généralement pas établi rapidement, les symptômes pouvant être frustes ou atypiques (lire p 13). Dans l’attente, la personne malade ne se sent pas prise au sérieux, souffre et peut être déprimée. L’enfant ou l’adolescent aura tendance à s’isoler.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?