Suite à l’injection d’hormone de croissance humaine

Une transmission interhumaine serait possible dans la maladie d’Alzheimer  Abonné

Publié le 10/09/2015

Crédit photo : SEBASTIEN TOUBON

Autant lever l’ambiguïté tout de suite, il s’agit de transmissibilité et pas de contagiosité. Il n’en reste pas moins, l’étude britannique publiée dans « Nature » sur la transmission interhumaine de la maladie d’Alzheimer a de quoi interroger. L’équipe de John Collinge au National Hospital for Neurology and Neurosurgery à Londres apporte, pour la première fois, un élément de preuve sur la transmissibilité de la maladie neurodégénérative, via certaines procédures médicales, ici l’injection d’hormone de croissance d’origine humaine (glande pituitaire cadavérique), interdite depuis 1985.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte