De nouveaux effets secondaires à connaître

Gare aux hypophysites de l'immunothérapie anticancéreuse 

Par
Publié le 05/06/2018
hyp

hyp
Crédit photo : PHANIE

Plusieurs approches anticancéreuses très innovantes fondées sur l’immunothérapie sont en train de bouleverser l’histoire naturelle de ces affections, donc leur pronostic, et sont déjà largement utilisées. En effet, certaines tumeurs échappent à la réaction immunitaire en créant un micro-environnement immunosuppresseur qui empêche une réponse antitumorale efficace. Ces nouvelles classes sont les anti-CTLA4 (ipilimumab, etc.), anti-PD1 (pembrolizumab, nivolumab, etc.) et les anti-PDL1 (atézolizumab, etc.).

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 16€/mois

(résiliable à tout moment)