Des objectifs à distinguer  Abonné

Publié le 11/06/2015

Dans cette jungle numérique, il convient de distinguer trois réalités distinctes : d’une part, les applications « bien-être » qui n’ont rien à voir avec la médecine et qui, très souvent, ne bénéficient d’aucun contrôle de fiabilité : traqueurs d’activité, applications d’aide à la gestion du poids, du stress, du sommeil, de l’exercice physique, aide à la relaxation… D’autre part, les applications santé s’adressant à des patients sains, destinées à la prévention : calcul d’IMC, surveillance du rythme cardiaque, podomètres de qualité… Et dernière catégorie : les applications santé dédiées à l

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte