Un traitement qui bloque les interactions entre mastocytes et neurones sensitifs  Abonné

Par
Hélia Hakimi-Prévot -
Publié le 19/12/2019

Une étude (1) menée sur des souris présentant une DA montre que les cellules immunitaires (mastocytes) et les neurones sensitifs interagissent sous la peau pour former des « unités neuro-immunes sensorielles » capables de détecter les allergènes (acariens) et de déclencher l’inflammation responsable de dermatite atopique (DA). Cette découverte pourrait offrir de nouvelles perspectives thérapeutiques. « Nous sommes en train d'identifier des molécules qui pourraient bloquer les interactions entre les mastocytes et les neurones sensitifs.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte