Greffe de peau

Un « prétraitement » du greffon pourrait limiter le risque de rejet

Par
Charlène Catalifaud -
Publié le 10/09/2018
greffe

greffe
Crédit photo : PHANIE

Les greffes de la peau entraînent un fort taux de rejet en comparaison à celui observé pour les greffes d'autres organes. Mettre en présence le greffon avec une protéine mycobactérienne anti-inflammatoire appelée DnaK avant la transplantation permettrait de limiter le risque. Ces résultats sont parus dans « Nature Communications ».

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?