Angio-œdème bradykinique

Les formes iatrogéniques désormais au premier plan ?  Abonné

Publié le 07/03/2016

L’angio-œdème héréditaire est bien connu des dermatologues, régulièrement sollicités pour un bilan après un épisode aigu de gonflement du visage, des extrémités, de la sphère génitale, ORL ou encore digestive.

«En pratique, les formes iatrogéniques sont les plus fréquentes et la liste des médicaments en cause s’allonge », souligne le Pr Ludovic Martin.

Les inhibiteurs de l’enzyme de conversion (IEC) représentent la première classe médicamenteuse responsable d’angio-œdème, survenant chez 1 % des patients traités, la toux sous IEC est un facteur favorisant.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte