Hémangiomes infantiles

Les bêtabloquants en première intention  Abonné

Publié le 18/03/2013
1363618122415222_IMG_100942_HR.jpg

1363618122415222_IMG_100942_HR.jpg
Crédit photo : DR

1363618123415223_IMG_100944_HR.jpg

1363618123415223_IMG_100944_HR.jpg
Crédit photo : DR

1363618120415221_IMG_100943_HR.jpg

1363618120415221_IMG_100943_HR.jpg
Crédit photo : DR

1363618124417116_IMG_100863_HR.jpg

1363618124417116_IMG_100863_HR.jpg

1363618118415219_IMG_100428_HR.jpg

1363618118415219_IMG_100428_HR.jpg
Crédit photo : DR

LE TERME d’angiome, très vague, ne doit aujourd’hui plus être utilisé, et il convient d’utiliser actuellement celui d’anomalies vasculaires en suivant la classification internationale établie en 1982 par Mulliken et Glovacki et validée par l’ISSVA (International Society for the Study of Vascular Anomalies). Ces anomalies ont été séparées en deux grands groupes : les tumeurs d’une part, représentées par les hémangiomes infantiles, les hémangiomes congénitaux et d’autres tumeurs vasculaires, et les malformations d’autre part.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte