L’arsenal s’enrichit dans les formes sévères

La dermatite atopique à l’ère des biothérapies  Abonné

Par
Dr Charlotte Pommier -
Publié le 09/01/2020
Mieux cibler les mécanismes physiopathologiques de la dermatite atopique à l’aide de biothérapies représente un espoir dans les formes sévères, pour lesquelles les options thérapeutiques restaient limitées.
En Europe, 7 % des enfants d’un an en sont atteints

En Europe, 7 % des enfants d’un an en sont atteints
Crédit photo : Phanie

Dans les formes modérées à sévères de dermatite atopique (DA), un traitement anti-inflammatoire systémique non spécifique (ciclosporine) jusqu’à récemment était inévitable, entraînant des effets secondaires sur le long terme, pour une efficacité qui pouvait laisser à désirer.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte