Pelade diffuse

Des espoirs fondés  Abonné

Publié le 09/03/2015

Longtemps considérée comme psychosomatique, la pelade est une maladie dysimmunitaire, mais un stress médical ou psychologique peut être à l’origine du déclenchement ou d’une poussée de la maladie.

Les études pangénomiques (GAWS, pour genome-wide association study) ont mis en évidence des gènes associés à la pelade impliqués dans l’immunité notamment dans les phénomènes d’autophagie et d’apoptose et dans les voies des lymphocytes T-régulateurs et des Janus kinases (Jaks). Les avancées thérapeutiques possibles ciblent ces deux dernières voies (1).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte