Acné et résistance aux topiques

D’autres stratégies thérapeutiques sont développées  Abonné

Publié le 18/12/2014

Depuis le début des années 2000, des résistances aux antibiotiques topiques sont observées, qui se traduisent notamment chez les patients par des rechutes plus rapides des lésions acnéïques.

Ceci a conduit à développer de nouvelles stratégies non antibiotiques et non sélectionnantes, immunomodulatrices et anti-biofilm (l’organisation en biofilm permet à la bactérie de s’isoler du milieu environnant et donc de se protéger mécaniquement vis-à-vis de certains traitements) dans une pathologie qui est avant tout inflammatoire.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte