Infections post-transplantation

Pour une évaluation des CD4 au départ  Abonné

Publié le 30/10/2014

Les principales complications du transplanté d’organe demeurent les infections, dont le diagnostic et le traitement demeurent difficiles du fait de l’immunité altérée par le traitement immunosuppresseur. Parmi les agents infectieux impliqués, demeurent les virus et plus particulièrement le cytomégalovirus (CMV). La fréquence des infections à CMV et leur gravité nécessitent un traitement prophylactique donné à chaque patient transplanté rénal, avec pour conséquence un risque accru de résistance, une cytotoxicité importante et un coût non négligeable.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte