La principale complication est la rupture

Les modalités de la surveillance des anévrysmes de l’aorte abdominale  Abonné

Publié le 23/01/2012

Mortalité très élevée

Défini comme une dilatation d’une artère accompagnée d’une perte du parallélisme de ses bords, l’anévrysme artériel touche le plus souvent l’aorte abdominale. On estime qu’entre 60 et 80 ans, 5 % de la population serait concernée, majoritairement des hommes. Il faut noter que des formes plus précoces sont observées, notamment en cas de composante familiale.

L’incidence de l’anévrysme de l’aorte abdominale (AAA) semble en augmentation, comme le suggèrent deux études récentes.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte