De la bataille d’Angleterre à la première valve artificielle

Le père de la première prothèse valvulaire récompensé  Abonné

Publié le 15/06/2015

En 1942, les B-17 américains commencent leur travail de sape de la machine de guerre Nazie. S’ils y sont parvenus, c’est en partie grâce à une pompe centrifuge mise au point par l’ingénieur Miles « Lowell » Edwards qui améliorait l’injection d’essence dans les moteurs des bombardiers yankees. Après la guerre, et toujours passionné par l’ingénierie des fluides, Miles Edwards se met en tête de fabriquer un cœur artificiel.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte