Prothèses du genou

Le come-back de la charnière  Abonné

Par
Publié le 06/11/2017
Le come-back

Le come-back
Crédit photo : DR

Le come-back

Le come-back
Crédit photo : DR

Le come-back

Le come-back
Crédit photo : DR

Le come-back

Le come-back
Crédit photo : DR

Le come-back

Le come-back
Crédit photo : DR

Le come-back

Le come-back
Crédit photo : DR

Le come-back

Le come-back
Crédit photo : DR

Le come-back

Le come-back
Crédit photo : DR

Le come-back

Le come-back
Crédit photo : DR

Le come-back

Le come-back
Crédit photo : DR

Le come-back

Le come-back
Crédit photo : DR

Le come-back

Le come-back
Crédit photo : DR

Le come-back

Le come-back
Crédit photo : DR

Le come-back

Le come-back
Crédit photo : DR

Le come-back

Le come-back
Crédit photo : DR

Le come-back

Le come-back
Crédit photo : DR

Le come-back

Le come-back
Crédit photo : DR

L’accroissement de la longévité et du risque d’arthrose (surpoids, traumatismes) favorise la mise en place de prothèses totales du genou (PTG) chez des sujets plus jeunes, plus actifs. En résulte plus de poses globalement, mais aussi plus de reprises ou de cas difficiles.

Premières arrivées, dans les années 1950, les prothèses charnières ont été progressivement remplacées par celles à glissement, en raison de moindres complications à moyen et long termes. En effet, leur liaison mécanique axiale fémorotibiale augmente localement les contraintes.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte