Gonarthrose post-traumatique

La prothèse totale reste-t-elle la seule solution ?  Abonné

Par
Publié le 07/11/2016
GP. Figure 4a

GP. Figure 4a
Crédit photo : DR

GP. Figure 5b

GP. Figure 5b
Crédit photo : DR

GP. Figure 3

GP. Figure 3
Crédit photo : DR

GP. Figure 2

GP. Figure 2
Crédit photo : DR

GP. Figure 4b

GP. Figure 4b
Crédit photo : DR

GP. Figure 1b

GP. Figure 1b
Crédit photo : DR

GP. Figure 5a

GP. Figure 5a
Crédit photo : DR

GP. Figure 1a

GP. Figure 1a
Crédit photo : DR

GP. Figure 4c

GP. Figure 4c
Crédit photo : DR

Les fractures de la région du genou portent en elles l’hypothèse d’altérations dégénératives invalidantes. La gonarthrose post-traumatique est une complication classique de ces fractures, qu’elles soient intra- ou extra-articulaires, avec une incidence estimée entre 20 et 45 %. Parmi les causes les plus fréquentes : la persistance d’une importante irrégularité de surface articulaire, un mauvais alignement du membre inférieur, et une instabilité persistante du genou.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte