Aspirine et chirurgie non cardiaque.

Il faut l’arrêter en péri-opératoire chez certains patients.  Abonné

Publié le 19/06/2014
1403142225528744_IMG_131410_HR.jpg

1403142225528744_IMG_131410_HR.jpg
Crédit photo : PHANIE

Une étude simple et pragmatique

L’étude POISE 2 (Perioperative Ischemic Evaluation 2) a été un essai thérapeutique contrôlé, conduit en double aveugle contre placebo dans l’objectif d’évaluer si l’aspirine, administrée en péri-opératoire d’une chirurgie non cardiaque, chez des patients à haut risque cardiovasculaire permet de diminuer le risque d’infarctus du myocarde et de décès dans les 30 jours suivant l’intervention (critère primaire).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte