Reprises de prothèses de hanche

Des matériaux métalliques réhabitables face aux pertes osseuses  Abonné

Par
Pr Charles Msika, membre de la Sofcot -
Publié le 12/11/2018
Figure 3A

Figure 3A
Crédit photo : DR

figure 1

figure 1
Crédit photo : DR

figure 2

figure 2
Crédit photo : DR

Figure 3B

Figure 3B
Crédit photo : DR

Lorsqu’une prothèse totale de hanche a servi un certain temps, sa perte d’ancrage s’accompagne le plus souvent d’une détérioration du support osseux qui l’hébergeait en première intention, que ce soit côté fémoral ou côté cotyloïdien/acétabulaire. Le défi technique est alors de mettre en place une nouvelle prothèse dans un environnement squelettique le mieux possible reconstitué.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte