Bilan préprocédure, les atouts de l’angioscanner  Abonné

Publié le 06/12/2012

« NOUS DISPOSONS aujourd’hui de plusieurs valves avec différentes tailles pour traiter des anneaux aortiques de 19 à 29 mm. Ainsi l’évaluation précise de la taille de l’anneau avant la procédure d’implantation est une étape absolument cruciale. L’implantation d’une valve trop petite expose au risque de migration de prothèse, de fuite paraprothétique et de vrai “mismatch“ valvulaire, et celle d’une valve trop grande au risque de lésion, voire de perforation, de l’anneau pendant la procédure », rappelle le Pr Gérard Finet.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte