Fibrillation atriale au cours de l’insuffisance cardiaque

AATAC-AF plaide pour l’ablation  Abonné

Publié le 28/05/2015

La prévalence de la fibrillation atriale (FA) atteint 40 % chez les patients insuffisants cardiaques les plus sévères. En sus du risque thrombo-embolique, elle peut conduire à une dégradation de l’état hémodynamique du fait de l’accélération du rythme cardiaque et de la perte de la systole auriculaire, étant ainsi un des principale facteur déclenchant des décompensations. Néanmoins, sa valeur pronostique indépendante de morbidité reste incertaine.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte