Une nouvelle méthode pour estimer le LDL-cholestérol

Publié le 18/11/2013
1384791120473156_IMG_116040_HR.jpg

1384791120473156_IMG_116040_HR.jpg
Crédit photo : S. TOUBON

La méthode de mesure du cholestérol-LDL (LDL-c), présentée par des chercheurs du Johns Hopkins Ciccarone Center (Baltimore) et dont les détails sont publiés dans le « JAMA » devrait donner des résultats plus exacts, notamment chez un cinquième des patients les plus à risque.

Depuis 1972

Depuis 1972, le LDL-c est estimé à l’aide d’une formule standard, fondée sur l’équation de Friedewald. « Il s’agit d’une estimation plus que d’une mesure directe », précise Seth Martin, premier auteur de la publication.

L’équation de Friedewald est la formule suivante : LDL-c = [ cholestérol total - HDL-c] - triglycérides / 5. Le résultat est exprimé en milligrammes par décilitre. « L’équation applique un facteur de 5 à tout le monde, ce qui n’est pas juste », expriment les auteurs. « Une formule plus adéquate devrait prendre en compte les détails spécifiques du cholestérol et des triglycérides individuels. »

Les auteurs ont utilisé une banque de données d’échantillons sanguins prélevés chez plus d’1,3 million d’Américains (âge moyen de 59 ans, 52 % de femmes), où les lipides ont été dosés par ultracentrifugation, une technique traditionnelle largement acceptée. Ils ont développé un système complètement différent, fondé sur 180 facteurs, afin de calculer le LDL-c de manière plus précise « et d’individualiser l’estimation pour chaque patient ».

Une comparaison des chiffres

La comparaison entre les chiffres obtenus par l’application de l’équation de Friedewald et la mesure directe révèlent que « pour près d’un sur 5 des échantillons du groupe des sujets situés dans la catégorie des risques cardiaques les plus élevés, l’équation de Friedewald n’est pas exacte ». Et le résultat peut être pour ces patients faussement rassurant, alors qu’ils pourraient avoir besoin d’être traités. La banque de données est environ 3 000 fois plus vaste que celle utilisée pour l’équation de Friedewald il y a 50 ans. Elle est enregistrée sur www.clinicaltrials.gov.

« Nous pensons que ce nouveau système devrait donner des bases plus exactes pour les prises de décision concernant la nécessité de traiter pour la prévention des infarctus et des AVC. »

Dr BÉATRICE VUAILLE

Source : lequotidiendumedecin.fr