Dossier

Sport et fibrillation atriale

Un risque accru en cas de pratique intensive

Publié le 15/11/2018
Un risque accru en cas de pratique intensive

sport et coeur
phanie

La fibrillation atriale (FA) est un trouble du rythme très fréquent, qui dans la majorité des cas est liée à des facteurs de risque modifiables qu’il faut prendre en charge : diabète de type 2, obésité, syndrome d’apnées obstructives du sommeil, hypertension artérielle. « Mais, chez un nombre croissant de patients, c’est le sport qui apparaît comme le facteur causal de la FA », a rapporté le Dr Philippe Ricard (Nice). Le sport, tel que le cyclisme et la course à pied, pratiqué à raison de 150 minutes par semaine en trois séances, a de multiples effets positifs sur la santé,…

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)