Épreuve d’effort 

A-t-elle encore une place ?  Abonné

Publié le 21/06/2018
faux positif

faux positif
Crédit photo : DR

Les dernières recommandations de 2013 sur la maladie coronaire stable mettent en exergue le rôle et la place de l’épreuve d’effort en 1re intention dans le dépistage et le suivi des patients coronariens. Certes, cet examen est de plus en plus concurrencé par l’imagerie couplée : les examens scintigraphiques, échographiques d’effort et l’IRM sous adénosine ont une sensibilité et une spécificité supérieures, permettant une localisation topographique et une quantification ischémique plus précises.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte