Anticoagulants oraux à action directe

Pas de surrisque hémorragique, selon l’ANSM  Abonné

Publié le 07/07/2014

Les nouveaux anticoagulants à action directe (AOD : dabigatran et rivaroxaban) ne présentent pas plus de risque hémorragique sévère, d’AVC ischémique, d’embolie ischémique et d’infarctus que les antivitamines K selon deux études menées conjointement par l’agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et la caisse nationale d’assurance-maladie des travailleurs salariés (CNAMTS).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte