L’IRM détecte les complications cardiaques précoces des anthracyclines en pédiatrie  Abonné

Publié le 11/06/2013

Une détection précoce des cardiopathies liées à l’usage des anthracyclines, utilisées pour soigner des cancers pédiatriques, peut être réalisée à l’aide d’une nouvelle méthode d’IRM, par séquences de cartographie T1 : un dépistage essentiel dans le suivi des enfants ayant été traités par anthracyclines. Des lésions irréversibles peuvent survenir tout en restant inapparentes pendant plusieurs années.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte