Des signes extra-thoraciques incitent à la vigilance

Les femmes sont plus à risque d’infarctus silencieux  Abonné

Publié le 19/09/2013
1379553220454976_IMG_111037_HR.jpg

1379553220454976_IMG_111037_HR.jpg
Crédit photo : MediaforMedical

1379553221455037_IMG_111047_HR.jpg

1379553221455037_IMG_111047_HR.jpg
Crédit photo : PHANIE

L’ABSENCE DE DOULEUR n’est pas synonyme de meilleur pronostic. C’est particulièrement vrai en cas de syndrome coronaire aigu (SCA), au cours duquel l’absence de son signe cardinal, la douleur thoracique (DT), expose à une mortalité plus élevée en raison du retard diagnostic. Comme constaté précédemment dans une population plus âgée, le risque guetterait davantage les femmes que les hommes.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte