Taille, localisation et forme sont en jeu

Les facteurs de rupture des anévrismes cérébraux  Abonné

Publié le 29/06/2012
1340903454362060_IMG_87156_HR.jpg

1340903454362060_IMG_87156_HR.jpg
Crédit photo : PHANIE

Le groupe de chercheurs a étudié une série de 5 720 patients pendant un minimum de 36 mois (moyenne d’âge de 62,5 ans), ayant eu un diagnostic récent d’un ou plusieurs anévrismes sacculaires d’au moins 3 mm dans leur dimension la plus importante, et n’ayant occasionné que des troubles légers. Parmi les 6 697 anévrismes étudiés, 91 % ont été découverts de manière fortuite. La plupart (36 %) étaient situés au niveau des artères cérébrales (36 %) ou des carotides internes (34 %).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte