Les bienfaits de la sieste chez l’hypertendu  Abonné

Publié le 02/11/2015

Chez les hypertendus, la sieste de milieu de journée est associée à une moindre pression artérielle systolique mesurée en ambulatoire, le jour comme la nuit, à une moindre vitesse de l’onde de pouls et à un moindre diamètre de l’oreillette gauche en échographie comparativement aux sujets ne faisant pas de sieste.

En outre, la durée des siestes est associée à la sévérité de l’HTA : plus les siestes sont longues, plus le grade de l’HTA diminue et plus les dippers sont nombreux. Les siestes des dippers durent en moyenne 16 minutes de plus que celles des non dippers.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte