Dr Clément Delmas, CHU de Toulouse

« Le syndrome de Tako-Tsubo n’est pas aussi bénin que nous l'avions pensé jusqu’alors ».

Par
Dr Isabelle Hoppenot -
Publié le 12/03/2020

Il faut savoir évoquer un syndrome de Tako-Tsubo, pas si rare, notamment face à un syndrome coronaire aigu avec signes d’insuffisance cardiaque chez une femme de 70 ans. Il doit rester un diagnostic d’exclusion et nécessite un suivi cardiologique à long terme, car son pronostic est équivalent à celui des syndromes coronariens aigus.

Crédit photo : DR

La physiopathologie du syndrome de Tako-Tsubo (STT), décrit au début des années 1990, n’est encore aujourd’hui qu’incomplètement connue. Le système nerveux autonome et la décharge de cathécolamines jouent probablement un rôle central dans ce syndrome qui, cliniquement, mime un syndrome coronaire aigu (SCA). Mais d’autres mécanismes sont potentiellement impliqués : dysfonction endothéliale, spasmes microvasculaires, phénomènes microthrombotiques, dilatation de l’apex avec obstruction du ventricule gauche.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)