Réduction du nombre et du volume des lésions

Le macaque, un bon modèle d’efficacité d’un neuroprotecteur post-AVC  Abonné

Publié le 05/10/2012
1349257631376600_IMG_90507_HR.jpg

1349257631376600_IMG_90507_HR.jpg
Crédit photo : S. TOUBON

Bien que l’accident vasculaire cérébral (AVC) constitue la première cause de handicap acquis de l’adulte, et la deuxième cause de démence, une seule thérapie est approuvée : la reperfusion précoce (dans les 3 heures) avec des agents thrombolytiques ; cependant, seule une petite proportion des victimes peut en bénéficier.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte