Doublement du risque de fibrillation auriculaire

Le BAV 1, pas si bénin que cela

Publié le 23/06/2009
- Mis à jour le 23/06/2009

QUEL SUIVI à long terme faut-il proposer aux sujets porteurs d’un bloc auriculo-ventriculaire de type 1 (BAV 1) ? Si Susan Cheng et ses collègues de Boston n’ont pas la réponse à la question, c’est pourtant bien ce problème que soulève leur étude. Les chercheurs viennent en effet de montrer que cette anomalie, considérée comme bénigne jusqu’alors, augmenterait à terme le risque de complications cardio-vasculaires. Le risque de fibrillation auriculaire serait doublé, et celui de pose de pacemaker triplé.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?